Univers de Tungaten

Tungaten voyageur dans l’infini vers des mondes de rêves, parcourir les galaxies, les soleils d’or

Archive pour janvier, 2009

Elle est si belle

Posté : 23 janvier, 2009 @ 2:48 dans Non classé | Pas de commentaires »

Je ne connaissais pas son nom
Mais je voulais tant lui parler
Elle me donnait bien des frissons
Quand devant moi, elle passait

Me regardait de ses yeux doux
Comme une biche aux abois
Sa beauté me rendait fou
Je lui aurais dit n’importe quoi

Mon cœur était bien trop timide
Pour m’avancer un instant vers elle
Mes yeux étaient brouillés humides
Au moindre mouvement qu’elle faisait

Mes nuits se passaient sans sommeil
Je la sentais tout à côté de moi
J’avais d’elle des songes sans pareils
Qui me faisait bondir chaque fois

Vêtue d’une robe aux couleurs de l’été
Elle devenait un être surnaturel
Chantant lentement une mélopée
Que j’entendais comme un appel

Un jour, je lui ai dit mes doux mots
Ceux que je répétais sans m’arrêter
J’avais appris pour elle les plus beaux
De murmures doux de mes pensées

Je vis de ses lèvres un petit sourire
Mais je ne savais plus ou me cacher
Tant elle me faisait ainsi rougir
De toutes mes envies, je la désirais

Dans mes nuits folles, je rêvais d’elle
Et sans cesse, je ne faisais qu’y penser
En l’emportant avec moi de mes ailes
Partir au loin pour tendrement l’aimer

Tungaten

Le plus beau voyage de vie

Posté : 23 janvier, 2009 @ 1:42 dans Non classé | Pas de commentaires »

Prenant la mer dans ce matin d’épais brouillard
Avec dans mon esprit, mes rêves, mes envies
À la rencontre du plus grand de mes espoirs
C’est celui que j’attends, qui fera vivre la vie

Sur ce trois mâts de ses immenses voilures
Que j’ai bâti de mes mains dans la ferveur
Pour aller vivre une formidable aventure
Il était beau, comme la tendresse de ton cœur

Chaque morceau était une partie de mes mots
De bâbord à tribord de la poupe à la proue
En priant ces dieux, qu’ils effacent mes maux
Dans mes incantations, psalmodier au vent doux

Je sentais de ce bois l’odeur parfumée de ton corps
Cette odeur si douce ancrer dans ma mémoire
Mon cœur en devenait fou, il me frappait si fort
Mon être suppliait d’être pris dans tes grimoires

Du haut de ce hauban, je te voyais la merveilleuse
Pointant à l’horizon ta main, vers la terre lointaine
Ton corps élancer telle une silhouette gracieuse
Fondant la mer chaque instant, d’un courage téméraire

Aux claquements des vagues, dans un bruit de tonnerre
Ou chaque mouvement, venait faire valser mon âme
Dans ces vents qui sifflaient toujours les mêmes airs
Sur ma douce caravelle, qui me rapprochait de tes pas

Là-bas au loin sur la mer agiter, l’orage qui grondait
Les embruns sur mes joues étaient fins de douceur
Comme des baisers tendres qui m’attendrissait
Courant contre le vent, je venais rechercher ta chaleur

Ce n’était que ton ombre venant vers moi qui glissait
Me couvrait entièrement comme les bras d’un ange
Dans la clarté du ciel ou des milliers étoiles fuyaient
Seule se promenait la fantastique lune blanche

Dans ce jardin d’espace, mes yeux restaient figés
La scintillante Orion avec son éternelle brillance
De ces nuits sans sommeil ou de toi j’avais tant rêvé
Dans ce voyage grandiose qui venait de mes songes

Partir en aventurier rejoindre l’amour qui m’attend
Parcourant l’immense océan franchissant, les enclaves
Suivre ainsi les chemins de mer dans l’infini du temps
Celui qui dans mes rêves, m’apportait de toi l’image

Les vagues de leurs mouvements, elles me bercent
Tes mots sont doux, je les sens, ils m’envoûtent
Je reste là à rêver, lorsque je sens ta tendresse
Qui repose dans mon coeur, je n’ai plus aucun doute

Je viens de rencontrer la plus belle des fées
Celle que j’espérais tant, je viens de la trouver

Tungaten

Les femmes et les fleurs

Posté : 23 janvier, 2009 @ 1:35 dans Non classé | Pas de commentaires »

Elles portent les noms de ces jolies fleurs
Violette, Marguerite, Jacinthe où Rose
Toutes sont de tendresses pour nos heures
D’amour et d’infinie douceur, elles déposent

Transparentes dans un habit de printemps
Lorsqu’à l’aube les enveloppent de rosée
Elles s’ouvrent doucement au soleil levant
Que de tendres rayons viennent caresser

Des élans apportent un merveilleux bonheur
Au vent de Mai, elle se métamorphose
Sous les vers feuillages durant des heures
Pour chacune d’elle, j’écrirai des proses

De vives couleurs, elles viennent embellir
Parcourant tous les paysages à la ronde
En chantant leurs mélodies de désirs
Pour vivre les doux plaisirs de ce monde

Se promènent sur les chemins avec grâce
Cherchant l’amant pour découvrir l’amour
Dans leurs pensées, il prend toute la place
Qui les feront aimer la vie de chaque jour

Qu’elles soient des champs où des jardins
Leur doux parfum embaume tout l’horizon
Les touchées délicatement de nos mains
Dans nos sens nait un grand enivrement

Leur beauté nous attirent, nous entrainent
En se balançant devant nous tendrement
Les minces tiges parfois sont bien frêles
En se courbant de tendres mouvements

Une douce corolle vient protéger leur coeur
Aux moments des caresses sur leurs pétales
Fébrile alors deviennent toutes ces fleurs
Aux instants fabuleux qui atteignent leur âme

Flatter les étamines de baisers de velours
Afin de changer les nuances dans les tons
Le pistil se découvre et vibre en vivant l’amour
S’ouvre alors le calice qui amplifie les sons

Tendre comme les fleurs sont les femmes
On les aime toutes d’une grande chaleur
On les admire pour la bonté de leur âme
Dans ce partage de tendresse du bonheur

Tungaten

Les sons de ton âme

Posté : 23 janvier, 2009 @ 1:25 dans Non classé | Pas de commentaires »

Troubadour d’un autre âge
Chantre de tes grandes joies
Tendre poètes des mots
Des cœurs et des corps

Magicien découvrant ton âme
D’une folie de ton esprit
Au vent de tes pensées
Courant partout dans l’infini

D’un amour de ce temps
Des jours et des nuits
Un soleil doux rayonnant
Devant l’immense paradis

Des moments qui passent
Tu suivras le petit ruisseau
Qui coule très lentement
Comme des larmes de pluie

Les mots que tu entends
Ceux qui te font tant rêver
Glissent telle une trame
Dans ce monde de poésie

Ton cœur qui s’enflamme
Vient te faire basculer
Dans des ivresses folles
Pour venir te consumer

Ce temps, il t’appartient
Il n’est fait que pour toi
Prend le pour aimer
Le vivre une éternité

Tungaten

Merveilleuse

Posté : 23 janvier, 2009 @ 1:12 dans Non classé | Pas de commentaires »

Afin de rendre la vie plus belle
Avec tes mots doux et beaux
Au son de ta voix, musique sensuelle
Qui à l’instant efface les maux

Tout devient brûlant éblouissant
Quand tes yeux brûlent mon coeur
Je deviens ce voyageur du temps
M’apportant un petit bonheur

Les jours aussi longs que les nuits
Tout reste suspendu dans le temps
Mes rêves brouillent mon esprit
J’aimerais comblé tes élans

Tendresse des mots, de tes gestes
Caresses d’un espoir d’un regard
Mon corps vit dans l’allégresse
Je rêve encore mais il est tard

Merveilleuse aussi belle que les fleurs
Des couleurs de leur enivrant parfum
Je les respirerais à chaque heure
Mes nuits, mes jours jusqu’à la fin

Tungaten

Ma folie

Posté : 23 janvier, 2009 @ 12:58 dans Non classé | Pas de commentaires »

De ces instants sans ta présence
Ce monde né de mon imaginaire
Dans mes pensées, une image de toi
Qui navigue entre ciel et terre

Tes mots pour moi sont de douceur
Et ta tendresse, elle me comble
De tes gestes fais de nuances
Que je sens au travers de mon corps

Mon âme douce, mon cœur aime
Hier un peu, aujourd’hui très fort
Ce qui est toi, je m’en imprègne
En vivant le temps de cet amour

Les sons que j’entends sont si loin
Ils me sont tendre et j’en pleure
Chaque moment de vie un espoir
En te disant mes mots d’amour

Ô ! Toi mon ange qui me protège
Vois dans mes yeux la brillance
De mon intense amour pour toi
Qui me fait tant vibrer crois-moi

Dans mes nuits de rêves, je cri
De vivre cette vie avec toi infini
Goûter ensemble à ce bonheur
Dans nos élans, nos ferveurs

Toi le tendre amour de mes jours
Enlaces-moi de tes bras pour m’aimer
Embrasses-moi de délicats baisers
En doux murmures de tes pensées

Ô ! Tendre amour de mes envies
Je n’ai que des mots mélodieux
À te lire, te réciter à t’écrire
Pour te dire tous mes je t’aime

Tungaten

 

au bois de mon coeur |
bibliovoresclub |
Quand tu nous prends... Lit... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | henzzo
| naruto vs sasuke
| opinions par andree salibi